About Us

Views

Members

Commissions

CoR External Relations

News

Events

People

Stay In Touch

22 May 2015 / FR

L’INNOVATION SOCIÉTALE EN MATIÈRE D’ALIMENTATION ET D’ÉNERGIE La voie à suivre concernant les investissements régionaux

Conclusions du séminaire hors siège à Milan du groupe PPE au Comité européen des régions

  1. DONNER UNE DIMENSION TERRITORIALE ROBUSTE AUX SYSTÈMES ALIMENTAIRES DE L’EUROPE: la production de denrées alimentaires doit mettre en relation ceux qui cultivent, élèvent et produisent avec ceux qui achètent, cuisinent et consomment. Nous appelons par conséquent les États membres et les institutions européennes à rétablir un lien étroit entre les producteurs et les consommateurs en accordant la priorité à l’aide à la production locale et à la commercialisation en circuit court, ainsi qu’en mettant en relief la valeur des spécificités régionales et locales. Outre ses avantages économiques, la réduction du nombre de kilomètres parcourus par les denrées alimentaires se traduirait également par une réduction des émissions et aiderait l’Europe à réaliser ses objectifs ambitieux en matière de changement climatique.
  2. ÉDUQUER ET AMÉLIORER LA COMMUNICATION EN FAVEUR D’HABITUDES ALIMENTAIRES SAINES ET ÉQUILIBRÉES: dans certaines régions de l’Union européenne, plus de 7 % de la population souffrent d’un déficit calorique chronique, alors que dans l’ensemble de l’UE, un tiers des enfants âgés de 6 à 9 ans souffre d’une surcharge pondérale ou d’obésité. En outre, dans d’autres régions de l’Union, l’apport énergétique total est adéquat, mais le régime alimentaire y est encore monotone et déséquilibré et entraîne de graves carences nutritionnelles. En tant que responsables politiques locaux et régionaux, nous sommes prêts à assumer nos responsabilités pour éduquer les citoyens, promouvoir et lancer des campagnes sociales et pédagogiques dans les écoles pour sensibiliser à l’importance d’une alimentation saine et équilibrée, en donnant la priorité à la production locale et à la réduction du gaspillage alimentaire. Afin d’obtenir un résultat probant, nous faisons tout particulièrement valoir qu’il convient de commencer l’éducation à la santé et à une alimentation équilibrée au cours de la grossesse, car les futurs parents sont particulièrement réceptifs pour apprendre ce qui est le mieux pour la santé et le bien-être de leur enfant. Nous soutenons l’appel du Parlement européen à déclarer 2016 «Année européenne de lutte contre le gaspillage alimentaire».
  3. TROUVER DES SOLUTIONS NOVATRICES POUR LE SYSTÈME ALIMENTAIRE: nous soulignons que la recherche scientifique offre une occasion d’allier innovation et tradition dans le secteur alimentaire, puisque de nombreuses denrées alimentaires sont considérées comme un patrimoine public et culturel. Nous appelons à intensifier la recherche et l’innovation dans ce secteur, au profit notamment d’une production novatrice au sein des exploitations agricoles locales et des technologies de transformation et de conditionnement. Nous demandons aux États membres d’aider les producteurs biologiques et locaux à investir dans de nouvelles technologies de transformation des aliments afin d’améliorer la sécurité des denrées alimentaires et de préserver les traditions culinaires et le modèle économique des petits producteurs et des artisans. Nous devons renforcer la confiance des consommateurs dans les produits biologiques, lever les obstacles au développement durable de la production biologique et locale, améliorer le marché unique européen des produits de l’agroalimentaire et de la pêche et garantir une concurrence non discriminatoire pour les agriculteurs et les acteurs du marché, afin de garantir un accès à l’alimentation qui soit diversifié et adapté aux besoins du marché.
  4. FINANCER LES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES (PME) INNOVANTES DES SECTEURS ALIMENTAIRE ET ÉNERGÉTIQUE: nous rappelons que les PME apportent une contribution fondamentale à la croissance et à l’emploi dans nos régions et nos villes et constituent l’épine dorsale de l’économie de l’UE. Toutefois, compte tenu de la difficulté d’accéder à un financement, les PME innovantes qui investissent dans des projets dans les domaines de l’alimentation et de l’énergie propre ont besoin d’aide afin de débloquer les investissements et d’attirer les investisseurs internationaux. Par conséquent, nous devons créer un environnement où le plus grand nombre possible de PME, quelle que soit leur taille, obtient des financements sur les marchés des capitaux sans devoir recourir uniquement aux banques. Nous appelons à susciter de fortes synergies entre la politique de cohésion, le Fonds européen pour les investissements stratégiques et l’instrument PME du programme Horizon 2020 afin de créer des écosystèmes d’entreprise. Il est nécessaire de simplifier et de rationaliser les procédures auxquelles doivent se soumettre les PME pour accéder aux financements de l’UE. Nous appelons les PME des secteurs alimentaire et énergétique à utiliser efficacement les financements disponibles afin de renforcer les communautés locales et de créer de nouvelles activités commerciales tout en nourrissant la planète et en fournissant l’énergie pour la vie.
  5. MOBILISER LES VILLES INTELLIGENTES ET MODERNISER LES ZONES RURALES EN FAVEUR D’UNE ÉCONOMIE NOVATRICE À FAIBLES ÉMISSIONS DE CARBONE ET EFFICACE DANS L’UTILISATION DES RESSOURCES: de nombreuses régions et villes de l’UE ont les compétences et les moyens budgétaires pour investir dans l’innovation, tout particulièrement en concevant et en appliquant des stratégies de spécialisation intelligente. Nous mettons en exergue la nécessité de renforcer les liens entre les différents domaines liés à l’alimentation et à l’énergie, tels que la sylviculture, les ressources marines, l’eau, les déchets, l’agriculture, le changement climatique et les considérations relatives à l’utilisation des terres, car chacun d’entre eux joue un rôle crucial dans la réalisation de l’économie verte. Une production locale innovante de denrées alimentaires et d’énergie permet non seulement de créer sur place de nouveaux emplois et de faire apparaître de nouvelles compétences de haute technicité, mais également d’empêcher l’exode rural ou une pression démographique excessive sur les villes. Nous voulons renforcer les liens entre producteurs locaux, consommateurs et territoires d’origine car une production locale pour une consommation locale profite au développement et à la croissance économique et sociale de nos régions. Dans le même temps, nous soulignons qu’il est essentiel de veiller à ce que le succès croissant que connaît la production biologique ne donne pas lieu à une baisse des contrôles et à une interprétation erronée des règles de protection standard.
  6. MOBILISER LES VILLES ET RÉGIONS DE L’UE POUR PROMOUVOIR DES SOCIÉTÉS DURABLES: notre monde connaît des changements rapides du fait des défis sociétaux, économiques et environnementaux qu’il affronte. La croissance démographique, les évolutions géopolitiques, le changement climatique, ainsi que la rapidité des progrès technologiques, nous contraignent à réorganiser nos sociétés de manière plus durable. Les régions et les villes de l’UE unissent leurs forces pour améliorer la qualité de vie de l’ensemble des citoyens européens, stimuler la croissance économique locale tout en préservant la diversité biologique, atténuer le changement climatique et s’y adapter en concevant des modèles de production et de consommation tournés vers l’avenir en matière d’alimentation et d’énergie propre. Nous nous félicitons que l’Expo 2015 «Nourrir la planète. Énergie pour la vie» coïncide avec l’Année européenne pour le développement et avec la date visée pour réaliser les huit objectifs du Millénaire pour le développement s’agissant d’éliminer la pauvreté et la faim et d’assurer un développement durable sur le plan environnemental.
  7. S’ORIENTER VERS UNE TRANSFORMATION ÉNERGÉTIQUE INTELLIGENTE: en tant que représentants élus qui fournissent des services aux citoyens, nous jouons un rôle crucial dans la conception d’approches intelligentes en vue de réaliser les objectifs à l’horizon 2030 en matière d’énergie et de climat qui modèleront les sociétés du futur. Dans le cadre de nos compétences, nous contribuons activement à la transformation énergétique en encourageant les bâtiments intelligents et en fournissant un système écologique d’éclairage public, des transports respectueux du climat et de l’environnement ou des services efficaces de gestion des eaux et des déchets. Il nous faut poursuivre la recherche et l’innovation dans le domaine de l’efficacité énergétique, en particulier s’agissant de mettre à niveau et de moderniser les infrastructures énergétiques, en créant des réseaux intelligents à l’échelon local et régional qui relient de manière ingénieuse les producteurs, les consommateurs et les producteurs-consommateurs. Nous appelons à diffuser largement la production d’énergie à petite échelle et à l’intégrer efficacement aux réseaux de distribution. Nous plaidons en faveur d’un nouveau système technique et organisationnel de production, de distribution et de consommation d’énergie, qui serait à même de garantir un approvisionnement énergétique durable, abordable, compétitif et sûr aux citoyens, aux communautés et aux entreprises.
  8. FAVORISER ET DIFFUSER LES BONNES PRATIQUES: nous nous engageons à appuyer et à faire connaître les meilleures pratiques régionales et locales en matière de processus novateurs pour les méthodes de production, de distribution et de consommation de denrées alimentaires et d’énergie. Nous devons accroître la sensibilisation et l’acceptation par la société en offrant une éducation nutritionnelle et en encourageant les bonnes habitudes en matière d’utilisation plus efficace de l’énergie et d’autres ressources. Nous soutenons fermement les demandes en ce sens inscrites à la Charte de Milan afin d’identifier les meilleures pratiques des politiques publiques qui répondent aux exigences régionales et locales visant à renforcer le développement de systèmes sûrs et fonctionnels en matière de production et de distribution des denrées alimentaires, ainsi que des modèles énergétiques durables pour la gestion des services publics et des projets publics axés sur les entreprises écologiques.