About Us

Views

Members

Commissions

CoR External Relations

News

Events

People

Stay In Touch

18 June 2010 / FR

Disparités territoriales et exclusion sociale Renforcer la politique de cohésion pour le bien-être de l’ensemble des citoyens

Déclaration de Poznan – Groupe du Parti populaire européen au sein du Comité des régions

Réunion hors siège du groupe PPE du CdR – Poznan, le 18 juin 2010

Le groupe du Parti populaire européen au sein du Comité des régions

  1. se félicite que l’Année européenne 2010 soit consacrée à la lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale, et rappelle l’importance que revêt la lutte contre toutes les formes de pauvreté, en tant qu’objectif central de l’Union européenne;
  2. souligne qu’au moins 78 millions de personnes, dans l’Union européenne, sont menacées de pauvreté, ce qui se traduit par des privations, un accès restreint et inéquitable aux services ainsi qu’une exclusion sociale, et fait remarquer que 19 millions d’entre elles sont des enfants;
  3. rappelle que la pauvreté et l’exclusion sociale sont des questions complexes et pluridimensionnelles touchant à divers domaines tels que le revenu, le niveau de vie général, l’éducation, des possibilités d’emploi décent, des systèmes de protection sociale efficaces, le logement, l’accès à des soins de santé de bonne qualité et à d’autres services publics;
  4. est intimement convaincu que les collectivités locales et régionales, étant les instances les plus proches des citoyens, représentent la force motrice la plus efficace d’une stratégie appropriée, directe et solidaire visant à réduire la pauvreté et l’exclusion sociale et à sensibiliser les pouvoirs nationaux et européens aux différences régionales en matière de pauvreté et d’exclusion sociale;
  5. souligne qu’une sensibilisation accrue des citoyens aux problèmes de la pauvreté et de l’exclusion est une étape nécessaire si l’on souhaite faire éclater les stéréotypes, atteindre les objectifs et mettre en œuvre les politiques d’inclusion sociale;
  6. constatant que le chômage augmente dans toute l’UE, rappelle que les jeunes en particulier éprouvent souvent des difficultés à entrer sur le marché de l’emploi et ont besoin d’être soutenus pour trouver des plans appropriés les préparant au monde du travail;
  7. rappelle que le Parti populaire européen défend une Union des valeurs: la solidarité, la liberté et la responsabilité, la dignité de l’être humain et la subsidiarité sont les pierres angulaires de ses convictions politiques. La responsabilité collective et individuelle doit être encouragée pour promouvoir le droit des citoyens à mener une vie active, et ce, dans leur intérêt;

    Politique de cohésion:
  8. est convaincu que l’UE, en mettant en œuvre une politique de cohésion ambitieuse, peut favoriser une société plus cohésive, montrant la valeur ajoutée de la cohésion sociale, facilitant la répartition durable des richesses et réduisant la marginalisation à un minimum;
  9. souligne que la politique de cohésion est le principal outil d’un développement harmonieux et durable du territoire de l’UE, à même d’assurer le bien-être des citoyens et l’égalité des chances pour tous, et constituant un moyen d’aider les personnes à trouver leur propre chemin dans toute l’Union européenne;
  10. afin d’éviter le dépeuplement découlant d’un développement économique insuffisant, insiste sur la nécessité d’investir des ressources financières dans des projets horizontaux visant à soutenir des régions défavorisées en raison de facteurs géographiques et naturels;

    Recommandations:
  11. encourage les collectivités régionales et locales à contribuer de manière substantielle aux initiatives menées dans le cadre de l’Année européenne et à veiller à ce que cette année serve de catalyseur pour des actions à long terme contre la pauvreté et l’exclusion sociale;
  12. réclame pour cette politique une approche associant davantage de niveaux – local, régional, national et européen – et respectant le principe de subsidiarité reconnu et renforcé par le traité de Lisbonne;
  13. se réjouit que la stratégie Europe 2020 définisse d’ambitieux objectifs de réduction de la pauvreté en plus des objectifs en matière d’innovation, d’éducation, d’énergie renouvelable et d’emploi, de manière à améliorer les conditions de vie de toutes les générations; invite l’Union européenne à cofinancer des projets dans ce domaine;
  14. a la volonté de développer l’initiative commune des groupes PPE au Comité des régions et au Parlement européen, soutenue par le Parti populaire européen, consistant à définir un “Pacte territorial des collectivités locales et régionales concernant la stratégie Europe 2020” avec comme objectif de garantir l’adhésion de tous les échelons à la stratégie en instaurant un véritable partenariat entre les pouvoirs publics européen, nationaux, régionaux et locaux, notamment pour ce qui est de concevoir et de mettre en œuvre les grands objectifs et les initiatives phares de la stratégie Europe 2020;
  15. est convaincu que le “Pacte territorial” contribuera à l’initiative phare “Une plate-forme européenne contre la pauvreté” de la stratégie Europe 2020 par l’élaboration d’un programme territorialisé pour l’insertion sociale afin de rendre les services sociaux locaux plus efficaces et accessibles à tous, et intégrer les personnes qui sont exclues du marché du travail;
  16. fait remarquer qu’il est essentiel de soutenir tous les jeunes pour leur donner la possibilité de développer pleinement leurs talents et leur potentiel; estime que les jeunes doivent pouvoir élargir leurs compétences non seulement à l’école mais aussi au sein de leur famille, ainsi que dans le cadre d’un travail bénévole et d’organisations; rappelle que les collectivités locales et régionales sont les instances les plus proches de la vie des jeunes et ont donc un rôle crucial à jouer dans l’établissement du cadre propice à leur épanouissement;
  17. encourage les collectivités régionales et locales à contribuer à la protection de la famille, qui constitue la base du développement harmonieux et durable de la société;
  18. souligne l’importance des services de conseil et d’assistance aux ménages afin de sensibiliser les familles et les individus aux conséquences d’un endettement par emprunt, et demande à cet égard que les banques assument davantage de responsabilités lorsqu’elles décident d’octroyer des prêts, et souhaite que des campagnes d’information soient organisées, de manière à ce que les citoyens prennent conscience des frais cachés et des coûts d’utilisation des produits financiers;
  19. indique qu’il conviendrait de prendre, dans le cadre des politiques régionales et locales de bien-être social, des dispositions visant à fournir des informations concernant les petits prêts sans intérêt pour les familles connaissant des difficultés financières temporaires et qui autrement deviendraient des victimes de ce que l’on appelle les “nouvelles formes de pauvreté”;
  20. demande que les collectivités locales et régionales accroissent leurs investissements dans l’enseignement et la formation professionnelle afin de supprimer le phénomène de pauvreté intergénérationnelle, ce qui permettra de réduire sensiblement le niveau d’exclusion sociale;
  21. souligne la nécessité de sauvegarder et de promouvoir le développement des PME, qui sont aujourd’hui menacées en raison de conditions économiques défavorables; rappelle que les PME fournissent des emplois dans toutes les régions de l’UE et contribuent à la création d’une cohésion économique en développant la fabrication décentralisée;
  22. insiste sur la nécessité d’une économie sociale et d’entreprises sociales plus fortes en tant qu’outils innovants de développement local visant à l’activation des personnes qui vivent dans des conditions difficiles. Les entreprises sociales travaillant dans le domaine des services d’intégration sociale, ainsi que la fourniture de services et de biens publics, peuvent contribuer au développement social durable et à la croissance économique dans les régions et les villes;
  23. rappelle que la lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale nécessite une action à tous les niveaux; encourage dès lors les collectivités régionales et locales à ouvrir un dialogue permanent avec les organisations à but non lucratif travaillant dans le secteur de la solidarité sociale et à apporter un soutien substantiel aux initiatives civiles provenant de la base; les invite également à coopérer avec les partenariats locaux représentant les secteurs public, non gouvernemental et privé, et au sein desquels de petites communautés mènent des actions dans les domaines économique, éducatif et culturel; demande que les collectivités locales et régionales reçoivent de l’aide pour développer une infrastructure sociale destinée à la coordination d’une telle coopération au sein des partenariats locaux;
  24. fait observer que la Charte polonaise de la solidarité est conforme aux valeurs chrétiennes et démocratiques et constitue un bon exemple de la manière de garantir l’ordre social et d’appliquer la règle de la responsabilité collective et individuelle à la vie publique; insiste pour que les personnes travaillant dans le secteur social bénéficient d’une reconnaissance appropriée en termes d’éducation et de formation, de conditions de travail adéquates et d’un salaire qui soit à la mesure de leurs responsabilités;
  25. est convaincu que la solidarité est une valeur fondamentale pour la construction d’une Europe moderne, dont la réussite future dépendra du respect des principes de liberté, de démocratie et de subsidiarité, et de sa capacité à inclure tous les citoyens dans la vie publique et économique de l’Union.